Ce n’est pas un vent qui me traverse l’esprit. C’est une réalité. Hélas, banale ! Un passage de courants violents. La société sécrète toujours des monstres. Des despotes continuent de naître. Et nourrissent la chronologie éhontée de la dystopie. Ils font des ravages. Qui m’indignent. Et m’affolent.

Situations insoutenables. Des corps frôlent la mort. Chaque seconde en Syrie. Des peurs s’entassent à la prison centrale d’une contrée africaine. L’humain associe l’Autre humain à des déjections.

Je m’affole devant le règne de l’intolérance. Devant l’avilissement des consciences, par des théocrates. Je m’affole de voir perdurer la cruauté des Hommes envers des animaux. L’intelligence de l’homme ne sait plus mieux faire que détruire les corps et étouffer les esprits. Ici, des pragmatiques n’y peuvent rien. Là-bas, des esprits résistants cèdent à la folie et au désir fou du dictateur. Ils s’en vont. Vers une terre d’exil incertaine. D’aucuns se surprennent à survivre sur un bateau en papier. Qui chavire dans la méditerranée.

Certes, mais… Je me soigne par quelques étoiles utopiques. Seuls instruments d’optique pour une autre approche de vie. L’appel de la forêt, le recours à la poésie, la vie du carnaval n’ont jamais été aussi utiles. Comment réconcilier l’homme avec son humanité perdue ?

Je dis des mots. J’écris sur des maux. Je vais les lire. On va les découvrir. « Désir d’utopie au pays des ambivalences ». Une centaine de pages. A paraître le 10 mars. Chez 5 Sens Editions, Genève.

Retour de lecture par l’éditrice :
« Situé dans le prolongement des pamphlets humanistes, le texte opère une relecture des divergences idéologiques contemporaines à la lumière de l’actualité. On apprécie la segmentation syntaxique, susceptible de mettre efficacement en lumière les apories du post-modernisme. En balayant le paysage sociétal par le biais d’une plume critique, l’auteur retrace les sentiers du non-recevoir. A travers le prisme du récit de vie, adossé au socle de l’aliénation, Désir d’utopie nous convie à l’indémodable ballet du même et de l’autre. »
Publicités